quel contenu intéresse vos lecteurs ?

quel contenu intéresse vos lecteursUn contenu n’est pas pertinent en soi. Il ne l’est que pour celui ou celle qui le juge comme tel. Le plus bel article sur les chevaliers paysans de l’an mil au lac de Paladru ne vous intéressera que si vous affectionnez les atypismes du Moyen-âge, ou que vous réalisez une thèse sur le sujet. Savoir ce que désire votre lectorat et y répondre efficacement n’est pas aisé. Cet article vous propose une technique de rédaction qui permet d’attirer les lecteurs… mais tout de suite, une page de pub.

To bitoubi or not to bitoubi

Le salon Bitoubi, qui se tient deux fois par an en Suisse romande, est tout jeune. Fort de deux belles premières éditions – en juin 2013 au centre de congrès Beaulieu (Lausanne) et en octobre de la même année au Palexpo (Genève) – l’équipe de PME Perspective (qui organise l’évènement) a décidé de remettre le couvert cette année.

Et c’est heureux, car avec un nombre de visiteurs en augmentation (de l’ordre de 50% entre les deux événements), il aurait été surprenant de s’arrêter-là. Se déroulera donc en juin prochain le 3ème épisode d’une saga que l’on espère “Dallastique” (357 épisodes tout de même) et porteuse de sens pour les exposants (une cinquantaine), les visiteurs, mais aussi pour les conférenciers qui animeront le salon pendant deux jours.

A ce propos, j’interviendrai dans le cadre de la conférence sur les réseaux qui se tiendra le 5 juin à 12h30 (en compagnie de Rudolf  Klaus et de Dajana Kapusova), le tout sous la houlette – et la bienveillance – de Valérie Demont, qui sera notre modératrice de choc. Mon sujet ? Il s’agira de mettre en avant l’importance du contenu pour votre réseau (pourquoi ? comment ? éléments de réponse le 5 juin).

A quoi sert le contenu ?

Je profite de cet article (à caractère promotionnel, soyons honnête) pour en dire un peu plus sur cette thématique, car après tout vous vous demandez peut-être à quoi peut bien servir de produire et/ou de diffuser du contenu sur le web ? Et si vous ne vous posez pas la question, qu’à cela ne tienne, je vais tout de même mettre quelques paires de chaussettes dans votre valise ; on ne sait jamais, la route est longue et le chemin ardu.

Pour être bref, diffuser du contenu sur le web, même s’il n’est pas de votre propre production (curation de contenu) peut vous permettre de générer du trafic sur votre site/blog, d’obtenir des followers (éventuels futurs ambassadeurs), d’améliorer votre position dans les moteurs de recherche (donc de gagner en visibilité), d’accroître votre notoriété (votre image professionnelle), de susciter l’intérêt de vos prospects (devis, mandats), etc.

Je pourrai continuer cette liste sans que cela n’amène de l’eau à votre moulin, car vous n’avez peut-être tout simplement pas d’objectif de communication. Car oui, diffuser du contenu est avant tout une histoire d’objectif. Sauf peut-être à tenir un blog du type “journal intime” dans lequel vous publiez vos déboires nocturnes et autres trépidantes aventures du quotidien. Et encore, il y a toujours un objectif, ne serait-ce que celui de se faire plaisir…

Définir un objectif, utiliser une technique

L’objectif étant différent selon chacun, il est important de connaitre le sien avant de se lancer dans le travail de composition, car un contenu se pense différemment si vous souhaitez gagner en visibilité, démontrer votre expertise, animer une communauté ou diffuser de l’information à vos clients. Il diffère aussi si vous êtes photographe, garagiste, danseuse étoile ou avocat. Dans le fond bien entendu, mais aussi dans la forme, le ton, le vocabulaire, le style, etc.

Alors comment fait-on pour rédiger un contenu qui puisse répondre à un objectif précis ? Pas de recette miracle, mais plutôt une technique mixte qui emprunte à l’entonnoir de conversion (cher aux marqueteurs de tous poils) et à la pyramide inversée (chère aux journalistes de toutes plumes). Disons qu’il s’agit de mettre le paquet (ne cliquez surtout pas ici !) dès le début du texte pour attirer l’attention du lecteur, et de ne plus la lâcher jusqu’à la fin.

Un titre accrocheur, qui réponde à une problématique factuelle, est très souvent un critère d’intérêt pour un lecteur en quête d’informations pratiques. Faites le suivre d’un chapeau qui confirme que le contenu qu’il a sous les yeux va répondre à son besoin. Enfin, développez votre sujet avec passion, tout en veillant à insérer des balises, qui sont autant d’aides à la lecture (paragraphes, intertitres, liens, etc.). Bien ! On se voit le 5 juin prochain pour en discuter ? J’ai quelques invitations à distribuer, si jamais.

Ps : je vous avais dit de ne pas cliquer

•   •   •          •   •   •          •   •   •

dimitri kas

j’élabore votre stratégie éditoriale, j’harmonise votre communication écrite et je rédige vos textes web & print, le tout sous caféine, ce qui insuffle arôme à votre contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *