le prix d’un BON texte ?!

le prix d'un BON textePas de fausses promesses : vous ne trouverez pas dans cet article un tarif fixe pour un type de texte donné. L’idée est de mettre en perspective les aspects qui conditionnent la réalisation d’un BON texte. Car si tout le monde peut écrire (et nous écrivons tous au quotidien), rédiger un texte qui remplisse des objectifs nécessite des compétences. C’est cet aspect du travail de rédaction dont je parle ici, ainsi que des avantages et inconvénients des 3 types de facturation usuels d’un rédacteur. 

Un bon texte en communication

Tordons le cou à une idée reçue : un bon texte n’existe pas ! Ou plutôt : un bon texte n’existe pas… a priori. Autrement dit, en communication, aucun texte ne peut être considéré comme « bon » dans l’absolu. Le contexte a une influence directe sur la qualité et la pertinence d’un écrit. Et ceci pour une raison simple : derrière chaque texte, il y a un objectif : marketing, informatif, pédagogique, artistique, etc.

Une fois posée, cette idée semble relever de l’évidence. Mais dans la pratique, tout n’est pas si simple que cela. Cette absence de considération quant à l’importance du contexte sur la qualité intrinsèque d’un texte a un impact direct sur la notion de prix et de valeur d’un écrit. C’est d’ailleurs un sujet récurrent dans le monde des rédacteurs. L’article La vérité sur les tarifs de rédaction web… que l’on trouve sur le site de Miss SEO, fait le tour de la question.

Si vous n’avez pas le courage de lire la centaine de lignes et les dizaines de commentaires que ce texte a suscité, sachez qu’il y a en substance un clivage entre ceux qui pensent qu’il est déloyal de passer par des rédacteurs off-shore proposant des tarifs défiants toute concurrence, et ceux qui ne voient pas le problème d’une telle pratique. De mon point de vue, le monde de la rédaction n’est pas si dichotomique que cela et il y a du travail pour tout rédacteur.

Rédacteurs d’ici et d’ailleurs

Faire appel à un rédacteur malgache, comme il en existe de nombreux sur le marché, peut être séduisant. Les prix sont plus intéressants et, pour être très honnête, je ne doute pas des capacités de certains rédacteurs à rédiger un contenu de bonne facture. Mais qu’en est-il du contexte ? Où se trouve la connaissance du marché ? Quelle considération des inévitables atypismes du langage ? Et quid de la façon d’aborder un sujet, de présenter une idée ?

Toutes ces questions sont une partie intégrante du travail de rédaction. Elles entrent dans le scope rédactionnel, sans pour autant être formellement posées. Elles ont une influence sur la capacité du texte à remplir un objectif précis. En d’autres termes, si passer par un rédacteur low-cost situé à l’étranger est suffisant pour la rédaction de fiches-produits, mieux vaut faire appel à un prestataire local pour un contenu spécifique à valeur ajoutée.

Quid du prix ? Pour ma part, je propose à mes clients trois types de facturation : au mot, au forfait ou à l’heure. Si les trois options sont envisageables, force est de constater que la facturation forfaitaire prend l’ascendant depuis quelques années. Ce n’est pourtant pas la plus intéressante pour le client, même si elle est compréhensible. Un rapide coup d’œil sur les avantages et inconvénients des différentes formules devrait vous en convaincre.

Avantages et inconvénients des trois types de facturation

Au mot : la facturation au mot est utilisée pour la rédaction de textes courts, de quelques signes à quelques lignes. Elle a l’avantage d’être simple à mettre en place et se fonde sur un rapport quantité/prix immédiatement compréhensible. L’inconvénient est qu’il est tentant d’ajouter des informations accessoires ou de retrancher des informations pertinentes pour rester dans le prérequis du client. Pas très professionnel !

Au forfait : c’est très clairement la tendance des dernières années. Si la facturation forfaitaire est rassurante pour le client, elle peut conduire à des textes dont la qualité prête à discussion. Un rédacteur s’engagera souvent sur un nombre limité de réécritures, pour se prémunir d’un travail sans fin. Au final, sans un cadre clair quant aux conditions de rendu, le client peut se retrouver avec un texte qui manque d’une couche de finition. Pas très satisfaisant !

A l’heure : de moins en moins demandée par les clients, la facturation à l’heure est pourtant la plus intéressante. Dans la majorité des cas, le client peut obtenir une estimation quant au prix final, et demander un feed-back régulier de l’avancement des travaux. Le travail est placé sous le signe de la confiance, le suivi permet d’être réactif et la mission est libérée des contraintes de temps/budget. Résultat : un travail soigné effectué en confiance !

dimitri kas

j’élabore votre stratégie éditoriale, j’harmonise votre communication écrite et je rédige vos textes web & print, le tout sous caféine, ce qui insuffle arôme à votre contenu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *